La puissance

Comme la Giulia d’Alfa Romeo et la 1600–2 de BMW, extérieurement discrète et élégante, la 125 avait aussi un cœur fougueux : le moteur, commandé par deux arbres à cames en tête, développait 90 ch à partir de 1,6 litres de déplacement même dans la version normale.

Le père intellectuel de la machine tournante au son merveilleusement italien était en grande partie le responsable du développement des moteurs Aurelio Lampredi, qui a conçu les moteurs chez Ferrari dans la période d’après-guerre après avoir travaillé chez Piaggio, Isotta Fraschini et l’avionneur Reggiane.

Le moteur de la FIAT 125 est, après celui de la FIAT 124 Spider de 1966, la deuxième variante de ce que les connaisseurs appellent simplement le « moteur Lampredi ». Le bloc de la FIAT 124 a été utilisé, dont l’arbre à cames inférieur a été remplacé par un arbre auxiliaire qui a été entraîné par une courroie crantée et a entraîné la pompe à huile et le distributeur d’allumage. Pour le train de soupapes du « moteur Lampredi », celui-ci était équipé d’une nouvelle culasse à flux croisés en trois parties en aluminium avec deux arbres à cames en tête.

Le « moteur Lampredi » a été fabriqué pendant longtemps dans de nombreuses variantes, modifiées en alésage et en course, avec ou sans turbocompresseur, et dans des véhicules aussi connus que la FIAT 131 Abarth, Lancia Delta, Alfa Romeo 155 Q4, parfois également utilisé dans le Morgan Plus 4. Le moteur a remporté de nombreuses victoires en sport automobile pour FIAT et Lancia (pour des informations détaillées, voir https://en.wikipedia.org/wiki/Fiat_Twin_Cam_engine).

Dans la FIAT 125 Special, qui a ensuite été présentée en 1968, un carburateur différent a fourni encore « plus de poivre » : 100 ch avec le même déplacement étaient suffisants pour une accélération d’environ 11,2 secondes de zéro à cent et une vitesse de pointe de 170 km/h – c’étaient des valeurs qui étaient réservées aux voitures de sport il y a encore quelques années !

Rapide mais sûr : comme la FIAT 1500, les deux modèles FIAT 125 étaient équipés de freins à disque sur les quatre roues. Il y avait aussi une assistance servo sur la 125.

Comme c’était courant dans cette classe à l’époque, la puissance était transférée aux roues arrières, chez la Special comme standard par une boîte de vitesses à cinq vitesses, ce qui n’était pas très courant à l’époque, la 5e vitesse a été conçue « tendre et en diminuant les tours ».


FIAT 125 : L’équipement