Diorama 1:87 – Le « making of »

L’idée

Par amour pour les trains miniatures et par manque d’espace et d’argent pour un grand système complet, j’ai décidé de créer un diorama petit mais bien conçu et décoré à l’échelle H0 1:87. Afin de placer cette « pièce maîtresse » clairement visible, mais à l’abri de la poussière et des dommages, l’installation sur un niveau de l’armoire haute IKEA Kallax dans mon corridor derrière des portes vitrées était le choix évident.

Diorama H0 dans une armoire IKEA Kallax derrière des portes vitrées
Diorama H0 dans une armoire IKEA Kallax derrière des portes vitrées

La superficie

Les dimensions ont été clairement précisées par le cabinet choisi pour le logement. Compte tenu des dimensions réduites, un véritable trafic ferroviaire n’était bien sûr pas possible, mais au moins une ou deux voies de remisage avec un arrêt tampon devaient passer derrière la gare de fret. Pour une installation sans problème du système dans le cabinet, j’ai laissé un « dégagement » sur le côté et j’ai trouvé une surface au sol de 75 x 36,5 cm. Le contreplaqué de pin de 6 mm d’épaisseur semblait suffisant pour une stabilité suffisante.


Les bâtiments

En raison de la superficie relativement petite, le nombre possible de bâtiments était très limité. L’époque envisagée – vers 1960 à 1975 – a joué un rôle dans la sélection. J’ai opté pour les kits suivants de Faller :

  • « Dépôt de fret » (Faller B‑154) – une véritable « romance ferroviaire » avec des rampes de chargement et des portes roulantes. J’avais déjà ce modèle sur mon ancien système H0 dans les années 70. Il était disponible en tant que « classique » pendant une courte période et est heureusement disponible sous l’art. no. 120154 fait à nouveau partie du programme régulier de Faller.
  • « Station d’essence Shell » (Faller B‑217) – ce modèle, typique des années 50 à 70, était déjà sur mon système Märklin il y a environ 50 ans et était également disponible pendant une courte période en tant que « classique ».
  • « Buvette » (Faller 130462) – toujours un endroit « animé » et utilisé plus comme un kiosque dans mon cas.
  • « Bâtiment administratif de la DB » (Faller 120235) – un grand et grand immeuble en briques de clinker de deux étages et demi, « patine standard », places de parking et jolis détails. Sans les signes DB, il est très polyvalent – avec moi, vous pourriez plutôt supposer que c’est ... euh ... une sorte « d’établissement de feu rouge » ...

Intéressant de voir ces bâtiments dans un tout autre alentours :

Les « Faller classics » étaient proposés avec les magnifiques motifs de packs anciens, l’un des kits comprenait également une réimpression DIN A 5 du numéro 8 de décembre 1958 du légendaire « Faller Magazin » – pas de doute, une belle façon de représenter un  » patrimoine » à juste titre, si riche de tradition !


Le plan

Si le résultat doit être bon, mieux vaut d’abord faire un bon plan ! – Je l’ai fait avec le bon vieux Quark Xpress V 5, que j’ai obtenu gratuitement une fois sur « l’ajout-CD » d’un magazine informatique. Ceci est particulièrement adapté car on peut travailler avec une précision d’un dixième de millimètre. La société Faller a gentiment fourni des croquis dimensionnels de leurs kits de construction, pour les voitures, j’ai utilisé des dessins dimensionnels de certains modèles de voitures, des bus pour les dimensions des camions.

Voici le premier plan dans lequel j’ai inclus deux voies de remisage au dépôt de fret :

Premier plan du diorama H0
Premier plan du diorama H0

Et voici le dernier plan – j’ai laissé de côté une voie de remisage afin de gagner beaucoup plus d’espace, après tout, les camions devraient pouvoir manœuvrer un peu devant le dépôt de fret ! – Pour un paysage « plus excitant », j’ai également prévu un carrefour avec un droit de passage entortillé et une entrée de tunnel :

Dernier plan du diorama H0
Dernier plan du diorama H0

Sur le plan, j’ai mis une grille à intervalles centimétriques, ce qui a énormément facilité le travail lors du marquage des rues, du sciage des couches de contreplaqué pour la conception de la hauteur, etc.


Le paysage

Bien sûr, un paysage devient beaucoup plus excitant avec des différences d’altitude. Dans mon diorama, ceux-ci sont classiquement basés sur des couches de contreplaqué collées les unes sur les autres. J’ai affiné les étapes initialement très grossières de ces couches avec beaucoup de mastic « Hydrozell » de Faller. – Bien sûr, vous pouvez également utiliser n’importe quel mastic, mais en termes de maniabilité, de malléabilité et de temps de séchage, « Hydrozell » est tout simplement excellent. Là où il y a des trous trop grands, vous collez simplement quelques morceaux de contreplaqué à l’avance. « Hydrozell » ne pose aucun problème lors de la coloration, du collage ou de l’arrosage. – Des spatules en plusieurs tailles pour la structure rugueuse et des couteaux et des spatules micro en plastique pour la structure fine et un bol en caoutchouc pour le mastic conviennent au travail. Pour le reste : courage pour le chaos, car la nature est chaotique aussi !

 

La puissante « loi du chaos » s’applique également à l’utilisation de la litière, de l’herbe, des buissons : elle pousse là où elle tombe, et beaucoup se mélange. J’ai représenté les roches en colorant la charge hydrocell séchée avec de l’aquarelle et du blanc opaque – pas facile de trouver ici la bonne teinte de couleur, quelle dans la nature peut se situer quelque part entre le gris ardoise et le beige grès ...

Les rues doivent également avoir l’air réaliste. J’avais l’habitude de les fabriquer à partir de papier de construction gris et j’incorporais les bords dans un matériau épars. Mais il y avait des joints visibles... Ici j’ai décidé de « peindre ». Après des premiers essais avec l’aquarelle, j’ai trouvé qu’elle était trop irrégulière et pas assez opaque. Là aussi, j’ai opté pour un produit Faller (calmez-vous : je ne suis pas sous contrat avec Faller). La couleur de la rue (180506) correspond très bien à la couleur typique de la rue, qui s’éclaircit en un gris foncé très uniforme en séchant et elle ne sent pas « désagréablement toxique ».

Après la première « peinture de rue », cependant, les rues étaient beaucoup trop lisses pour moi – où y avait-il vraiment des rues si lisses en 1960 ? Les rues ont donc été recouvertes d’une belle couche « bosselée » de mastic et repeintes. Maintenant, il y a quelques « bosses » et fissures dans la surface de la route ici et là, c’est bien ! – Dans le cas des sections de rue légèrement descendantes ou montantes, j’ai pré-poncé les morceaux de contreplaqué en question avec une lime puis avec du papier de verre, puis j’ai travaillé les détails avec du mastic.

Diorama H0 en construction
Avec la peinture de rue Faller, la tonalité de couleur était bonne, mais à mon avis les rues étaient beaucoup trop lisses et propre pour 1960 – donc tout a été recouvert à nouveau d’une couche de remplissage « cahoteuse » puis repeint à nouveau.
Diorama H0 en construction
Cela ressemble donc plus à une rue vers 1960.

Autrefois, les marquages routiers n’étaient pas aussi larges et durables qu’aujourd’hui. Néanmoins, je ne voulais pas m’en passer pour marquer le bord de la route, les voies de bus, droit de passage plié, etc. Je ne peux que recommander vivement l’outil utilisé : Le kit de démarrage de marquage routier de NOCH (60740). Il contient, entre autres un marqueur blanc avec lequel vous avez l’épaisseur d’application bien « dans la main », et une règle courbe que vous pouvez toujours utiliser pour autre chose.


La décoration

Rien n’est plus important pour un effet réaliste en modélisme qu’une décoration riche. Une liste de mes mesures :

  • Le forfait « Décoration de ville » de Faller (180585). Il contient de belles vieilles cabines téléphoniques, des bancs, des boîtes à fleurs, des boîtes aux lettres, des panneaux publicitaires, des piliers publicitaires, des poubelles, des machines à cigarettes, des arrêts de bus et plus encore – toutes les petites choses qui façonnent une scène de rue.
  • De nombreuses étiquettes, logos d’entreprise et motifs d’affiches du Web – avec le « Quark XPress » mentionné ci-dessus mis à l’échelle avec précision au dixième de millimètre, puis imprimés sur du papier d’étiquettes autocollant
  • Rambardes, postes frontières et panneaux de signalisation des ensembles Faller appropriés
  • Arbres tels que bouleaux et sapins, pour buissons et arbustes « lichens islandaises » de différentes couleurs, flocons de fleurs en mousse synthétique colorée
  • Bien sûr, diverses poudres Faller telles que prairie fleurie, herbe, sable de chemin de terre, gravier, etc.
  • Beaucoup de fret, des piles de palettes (aussi joliment « sales ») et des transpalettes pour le dépôt de fret
  • Papier brique pour l’entrée du tunnel
  • Figurines humaines de toutes sortes telles que passants, employés de stations-service, personnel de chargement, etc.
Diorama H0 en construction
Le paysage de rue ne devient « vivant » que lorsqu’il est décoré de nombreux petits détails : personnes, bancs, fleurs, cargaison ou vélo garé.

L’arrière-plan

Un bon arrière-plan, qui prolonge le paysage réel dans l’étendue, est essentiel pour un effet réaliste. Il existe des motifs de paysage appropriés pour cela sur de nombreux sites Web. Un tel fichier image doit avoir la résolution la plus élevée possible afin que rien n’apparaisse « pixellisé » par la suite. Un nombre élevé de pixels à quatre ou même cinq chiffres est fortement recommandé.

J’ai trouvé un arrière-plan idéal pour mon objectif sur une page Wikipédia : https://de.wikipedia.org/wiki/Datei:Bad_Hindelang_panorama_view_from_south.jpg *.

* L’adresse n’est pas liée ici. Comme il a une extension .jpg comme un fichier image, il y aurait sinon des conflits avec la fonctionnalité « diaporama d’images » sur ce site Web. Si nécessaire, veuillez copier l’adresse et la saisir dans le champ d’adresse du navigateur.

La photo plusieurs fois primée provient de Jürgen Matern. Les droits de licence peuvent également être consultés sur la page Wikipédia mentionnée ci-dessus. Voici l’image dans une version très réduite, la plus grande résolution disponible est en réalité de 10 000 pixels :

Image de fond du diorama par Jürgen Matern
L’image d’arrière-plan incroyablement belle de Jürgen Matern a la description suivante, qui est à la fois localement et techniquement très intéressante : « Vue panoramique à 180 degrés montrant la vallée de l’Ostrach, près de Bad Hindelang, depuis le sud, par une journée ensoleillée d’été. Image obtenue en assemblant 2 rangs de 13 clichés selon une projection cylindrique. »

 

J’ai fait un montage d’image approximatif à partir de la vue de face de ma plaque de diorama et du motif de l’image d’arrière-plan, puis j’ai imprimé la section d’image sélectionnée. Une application utile appelée Easy Poster Printer est bien adapté pour cela. J’ai collé les pièces ensemble et attaché cette bande à la paroi arrière et aux parois latérales du plancher de l’armoire. – Alternativement, vous pouvez bien sûr également utiliser un fournisseur d’impression d’affiches sur le Web.


La lumière

J’aimais déjà la possibilité de montrer le soir ou la nuit sur mon ancien système Märklin. – J’ai également assuré l’éclairage de tous les bâtiments pour le « Diorama ». Dans tous les kits de construction, il y avait un « masque lumineux » en papier de construction noir pour supprimer la lumière brillante à travers les murs – à l’exception de la station-service. J’ai donc fabriqué moi-même un masque lumineux pour la partie arrière du bâtiment et installé également un éclairage LED (sans chaleur) sous le toit dans la partie avant. – La cabine téléphonique éclairée vient de BRAWA, bien que cela soit possible dans nos jours grâce aux LED sans chaleur.

En plus de l’éclairage de la maison, j’ai installé une lampe de mât en treillis merveilleusement « réelle » de Viessmann au dépôt de fret, ainsi que quelques lampes fouet du même fabricant à un côté de la rue comme éclairage public. Cependant, les lampes fouets étaient beaucoup trop lumineuses pour moi à la tension de 16 volts initialement visée, j’ai donc opté pour 12 volts et réduit le nombre des lampes fouets à trois. L’alimentation est fournie par un petit bloc d’alimentation universel et peut être allumée et éteinte à l’aide d’un interrupteur situé sous le système.

Il n’y a pas d’éclairage sur les véhicules, mais au moins un des wagons de fret doit avoir une « lanterne finale » allumée. J’ai d’abord dû le réparer dans le wagon de fret en question, et également souder une alimentation électrique à la section de voie.

Presque comme autrefois, j’ai finalement eu un « enchevêtrement animé » de câbles sous la plaque. Afin de fixer tout cela et enfin de l’amener à un emplacement central, j’ai rallongé ou raccourci certains des fils si nécessaire et les ai rapprochés vers un distributeur d’alimentation, qui est vissé de manière invisible dans la zone à gauche de l’entrée du tunnel. Ce distributeur d’alimentation de Tivendis est magnifiquement compact et dispose de 2 x 24 connexions équipées de bornes à ressort très solides. Il est alimenté de manière centralisée par le bloc d’alimentation. – J’ai ensuite fixé les câbles d’éclairage, qui pendaient encore relativement lâchement, au bas de la plaque de base en contreplaqué avec du ruban adhésif textile. Cela permet de sortir plus facilement le diorama de l’armoire si nécessaire.

J’ai eu l’idée d’installer une lampe Philips Hue au-dessus du diorama pas avant que le système n’ait déjà été placé dans l’armoire : Comme l’armoire se trouve dans une niche dans le corridor, seule une petite lumière indirecte est tombée dessus : tout était bien sombre.. dommage ! – J’ai donc décidé de visser fermement une « Lightbar » Philips Hue sur le diorama, ce qui était facile à faire à l’aide du support variable fourni. – Cela permet désormais de sélectionner facilement n’importe quelle couleur de lumière dans n’importe quel niveau de luminosité via le smartphone et ainsi de créer de belles ambiances.

Philips Hue Lightbar au-dessus du diorama
Tellement discrète qu’il est difficile de la photographier : Philips Hue Lightbar vissée sur le diorama

Les véhicules ferroviaires

Bien sûr, il devrait y avoir quelques beaux wagons de marchandises sur la voie de remisage au dépôt de fret. Dans ce cas, j’ai pensé : « Le neuf c’est cher... » et j’ai acheté un joli « paquet » de wagons de fret sur Ebay, assez pour pouvoir les échanger de temps en temps. Pour un air réaliste, les wagons ont bien sûr d’abord été « bien saliées » d’aquarelle noire. – En plus, quelques rails ont dû être acquisés, y compris un arrêt tampon. J’ai opté pour une offre de voies MÄRKLIN K qui peuvent être traitées de manière encore plus réaliste que les bonnes vieilles voies en métal, qui bien sûr donnent plus de la vraie vieille sentiment MÄRKLIN sur un grand système.

Liasse de wagons de fret
Joli petit liasse de wagons de fret MÄRKLIN d’Ebay, parmi lesquels le magnifique transporteur bordelais et le « couvert » avec la lanterne d’extrémité. Tout dans les vieilles boîtes MÄRKLIN qui rappellent des souvenirs d’enfance.

Les véhicules routiers

Certaines voitures proviennent en fait encore de mon ancien système H0, mais au fil des ans, j’ai acquis de nombreux modèles fabriqués avec amour de Wiking, Brekina, Praliné, herpa, Schuco, etc., de préférence des années 50 à 70. Pour le diorama, j’ai aussi acheté un joli « paquet Wiking » à un prix raisonnable sur Ebay.

Diorama H0
Comme dans un film, les voitures permettent de dater très précisément l’année : la « Deux chevaux » aurait pu ronronner plus tôt, mais les formes de la VW T2 et du bus Mercedes-Benz 0302 sont plus récentes, et la plus jeune est l’Opel GT, quelle a d’abord excité le monde de l’automobile en 1968.

La sécurité

Tous les objets, y compris les maisons, sont collés au sol, y compris les figures humaines, dont certaines ne resteraient pas stables autrement. Ce qui n’est pas collé ce sont d’une part les véhicules (juste pour pouvoir les déplacer ou les échanger) et d’autre part les toitures des bâtiments (pour pouvoir changer une ampoule si besoin).

La plaque de base repose sur des lattes de contreplaqué de 6 mm d’épaisseur qui sont uniformément réparties sur la surface et collées pour laisser un peu d’espace au câblage sous le système et éviter la rupture de câbles, etc.


La variété

Outre des ambiances lumineuses très différentes, la variété peut être mise en jeu à tout moment en remplaçant et en déplaçant les wagons de fret et les modèles de voitures.

J’ai déjà pensé à d’éventuelles extensions, en premier lieu de jolis spots publicitaires qui s’inscrivent dans l’air du temps et ne sont pas trop éblouissants. Quelques autres personnages ou animaux miniatures bien faits pourraient également peupler le diorama ! – Voyons ce qui vient ...