L’intérieur

La place du conducteur de la FIAT 125 semble relativement moderne pour son année de publication 1967. Certainement ça ne manque pas des éléments chromés, mais sinon le poste de pilotage a un caractère factuel et sportif. Tout est à portée de main, il n’y a pas de mystère avec l’opération. En plus de la boîte à gants, il y a une tablette continue sous le tableau de bord. Les couleurs des voyants correspondent aux normes désormais courantes. Les voyants du 125 s’allument également lorsqu’il est nécessaire de ravitailler, le frein à main est serré ou le « choke » est tiré (bouton de démarrage pour un mélange « plus riche » au démarrage à froid, pour les plus jeunes entre nous...). La luminosité de l’éclairage des instruments peut être réglée.

Tableau de bord FIAT 125 Special (1969)

En concernant la facilité d’utilisation, la voiture peut donc facilement rivaliser avec les collègues modernes. En comparaison avec les véhicules d’aujourd’hui, la clarté de tous les côtés est franchement royale – grâce aux surfaces vitrées grandes et escarpées et à une position assise relativement élevée, le conducteur peut facilement garder un œil sur la circulation et les extrémités du véhicule.

FIAT 125 Special (1969) intérieur

Grâce à l’utilisation fabuleuse de l’espace, la FIAT 125 offrait un espace énorme pour quatre à cinq personnes – les passagers à l’arrière pouvaient également s’allonger confortablement.

Bien sûr, on avait aussi pensé aux fumeurs, car à la fin des années 60 fumer était TRÈS important : Juste à côté de l’horloge ou du compte-tours se trouvait l’allume-cigarette, un cendrier sous le manche de la radio  et deux autres dans les accoudoirs des portes arrière .

Le coffre était quelque peu restreint par le réservoir à droite (sur la photo sous la couverture), mais avec un volume d’environ 400 litres, il y avait suffisamment d’espace pour les bagages de vacances.

FIAT 125 Special (1969) coffre


FIAT 125 : Les versions